Soultane, un enfant de la Cabucelle

Soultane a passé son enfance à la Cabucelle, il a 22 ans et est actuellement étudiant en master de création numérique.

Nous l’avons enregistré dans la rue Viala qu’ il trouve représentative du quartier.

Elle regroupe trois établissements : l’école publique, le collège musulman, l’établissement catholique où il était scolarisé.

Il parle d’un animateur de quartier qui « était même là avant sa naissance » et qui organisait des sorties ciné, aquatique... et aussi des camps de vacances à l’extérieur de Marseille : à Sainte Maxime ou dans les Alpes.

Les quartiers nords pour Soultane, « c’est pas si dangereux que ça ». Si les enfants sont moins encadrés, ce n’est pas par les éducateurs, parce que eux ils sont toujours là. « Ils ont moins de possibilités, y’a moins d’activités, c’est moins vivant. Il faudrait plus de sorties cinéma, plus de tournois de foot, y’a moins de moyens. »

Plus de moyens pas forcément, pas toujours en terme d’argent, ce serait « plus d’accès, plus de sensibilisation » : « au lieu de construire un mur qui soit le plus beau possible, donner des moyens pour des formations d’éducateurs ». C’est faire « plus de sorties éducatives, plus de rassemblements, de convivialité. »

Dans le boulevard des italiens, Soultane a souvenir d’une espèce de hangar où il jouait le soir entre 16 et 18 au foot et ou « y’avait un brouhaha ». Il ajoute :

« aujourd’hui, c’est plus ça »

« c’est silencieux, mais silencieux au niveau de l’ambiance ».

Le bruit, il y en a cependant, le brouhaha du hangar pour Soultane c’était autre chose... celui de la convivialité sans doute, des mots lourds de regrets...

Catégories : Documentaires
Langue : Français
Licence : GNU/GPL
Technique : Coup de coeur

Autres articles